Il est beau mon bateau

Synopsis

Avec en fil rouge l’édition 2019 qui aura sacré les tandems Gilles Lamiré/Antoine Carpentier (Multi50), Charlie Dalin/Yann Eliès (Imoca) et Ian Lipinski/Adrien Hardy (Class40), ce documentaire retrace la riche histoire de la Transat Jacques Vabre. La transat en double - seul le premier opus, en 1993, a été couru en solitaire - a été marquée par les grandes années de l’Orma, avec notamment un triplé pour Franck Cammas et une édition 2005 assez dévastatrice. Apparue en 1997, avec la victoire du duo Yves Parlier/Eric Tabarly, la classe Imoca est peu à peu devenue, selon l’auteur, « la classe reine » de la Jacques Vabre, avec son roi, Jean-Pierre Dick, quadruple vainqueur aux côtés de quatre co-skippers différents. Quant aux Multi50, ils font leur apparition en 2005, avec la victoire des Escoffier père et fils qui se paient le luxe d’arriver au Brésil avant les Orma. Le père, Franck-Yves, s’imposera deux autres fois, avant de passer le relais à un autre triple vainqueur, Erwan Le Roux. Quant aux Class40, ils débutent sur la Transat Jacques Vabre en 2007, ils sont, depuis, les plus nombreux à chaque édition (sauf en 2009 où ils n’étaient pas de la partie), avec des lauréats également prestigieux à l’instar de Yannick Bestaven, auteur d’un doublé sur une transat, dont Roland Jourdain, lui aussi double vainqueur (1995 et 2001), dit : « Tout a changé, mais en fait, rien n’a changé. »

L'avis de Sailorz

Les nombreux témoignages et les images d’archives parfois impressionnantes font la force de cette saga de la Transat Jacques Vabre. On ne peut notamment s’empêcher de frissonner, dans l'édition 1999, en entendant les « Où est Paulo ? » lancé par le duo de La Trinitaine lorsqu’il arrive à la hauteur de Groupe André retourné, avec Jean Maurel à bord. Mais sans Paul Vatine.

Crédits

Production : Bleu Iroise Arsenal / Sea Events. Réalisation : Nicolas Raynaud. Image : Nicolas Raynaud. Montage : Julien Kerleroux.

Skippers

Compétitions

Partager sur