Thomas Ruyant, à la conquête du Vendée Globe
Gratuit

Thomas Ruyant, à la conquête du Vendée Globe

  • 56 min

  • 2021

4 ans d'une vie

Synopsis

Révélé en Mini 6.50 puis en Class40, Thomas Ruyant se lance en 2016 à l’assaut de son premier Vendée Globe qui se termine prématurément, en Nouvelle-Zélande, en raison de grosses fissures sur le pont et la coque de son bateau. Quatre ans plus tard, le Nordiste est de nouveau au départ de celle qu’il appelle « la course de tous les superlatifs », et si « l’entrée est assez brutale », le skipper de LinkedOut, Imoca neuf conçu par Guillaume Verdier et construit chez Persico Marine, en Italie, prend vite ses marques, au point de passer en tête dans l’Atlantique Sud. Mais au 17e jour de course, sans rien taper, il entend un bruit de « carbone qui craque » et découvre une fissure sur son foil bâbord qui l’oblige à couper une partie de l’appendice. « Le deuil de ce foil n’est pas consommé », commente-t-il après-coup. Ce qui ne l’empêche pas de reprendre les commandes sous l’Australie, mais là encore, il est stoppé quand son bateau se remplit d’eau, perdant 7-8 heures à tout sécher et le contact avec Yannick Bestaven, le futur vainqueur. Thomas Ruyant continue à s’accrocher, vit juste après le Cap Horn « un des meilleurs moments » de son Vendée Globe, avant « un regroupement général » à moins de deux semaines de l’arrivée qui lui fait dire : « Je n’ai pas eu de répit, il y a toujours eu un bateau à côté ou pas loin ; nerveusement, ça a un petit côté usant. » Il franchit la ligne aux Sables d’Olonne en quatrième position, classé finalement sixième de ce neuvième Vendée Globe en raison des compensations de temps accordées à Jean Le Cam et à Boris Herrmann, mais avec très vite « l’envie de me remobiliser pour le prochain. »

L'avis de Sailorz

Le grand intérêt de ce documentaire est de raconter en parallèle le Vendée Globe 2020 de Thomas Ruyant et la manière dont il a construit son projet, grâce notamment aux témoignages de plusieurs acteurs-clés. Entre prise de risque entrepreneuriale, conception et construction d’un bateau pas comme les autres et soutien à une cause sociétale, l’histoire est passionnante et on sent chez tous une vraie émotion à revivre cette belle odyssée, qui va se prolonger en 2024.

Crédits

Réalisateur : Thomas Sametin. Productions : Advens / Air Vide et Eau productions / TR Racing. Images : Pierre Bouras / Lou-Kévin Roquais / Martin Keruzoré / Jean René Keruzoré. Montage : Thomas Sametin. Etalonnage : Samuel Robin. Mixage : Etienne Chambolle

Skippers

Compétitions

Classes

Partager sur