Boris Herrmann, marin allemand et couteau suisse

Boris Herrmann, marin allemand et couteau suisse

  • 2022

L’invité d’Into The Wind #61

Synopsis

Fils d’un prof passionné de voile qui l’emmène très tôt en croisière, Boris Herrmann grandit dans le nord de l’Allemagne, près de Brême, et découvre très tard la régate – longtemps, la compétition sera loin de ses ambitions. Mais une fois le doigt mis dans l’engrenage, il se lance en 2001 dans la Mini Transat ; il a 19 ans, apprend tout, se classe 11e en bateau de série… et retourne en Allemagne étudier.
Etudiant en économie, il se lance en 505, enchaînant les titres. Il s’y fait aussi son réseau, découvre le fonctionnement professionnel et se dit qu’on peut faire carrière dans la voile. Quand la Class40 se met en place, il y voit le bon support pour avancer vers son objectif, fixé à l’adolescence : le Vendée Globe.
Il trouve un sponsor, s’engage dans The Transat en 2008, se classant 2e puis enchaîne avec la Portimão Global Ocean Race, un tour du monde en Class40 en double, qu’il gagne. A son retour, son sponsor lui promet le Vendée Globe 2012 avec un Imoca neuf… mais fait faillite quelques mois plus tard. Au printemps 2010, l’organisateur de la Barcelona World Race l’appelle pour l’embarquer sur le tour du monde en double avec l’Américain Ryan Breymaier : les deux marins s’entendent comme larrons en foire et se classent 5e.
Désormais équipier recherché, Boris Herrmann multiplie les expériences, les plus variées : avec Giovanni Soldini sur Maserati, avec Jochen Schümann, en TP52, avec Francis Joyon, sur une tentative de Trophée Jules Verne en 2016. S’il n’est pas de la tentative victorieuse d’Idec Sport en 2017, c’est qu’entre-temps son projet de Vendée Globe a enfin abouti.
Quatre ans plus tôt, il a fait connaissance de Pierre Casiraghi. Avec le fils de la princesse Caroline de Monaco, il se lance en GC32 puis en Imoca en rachetant le plan VPLP-Verdier de Gitana devenu Malizia. Avec peu de moyens, il enchaîne Transat Jacques Vabre en 2017 et Route du Rhum en 2018. La transat médiatisée de Greta Thunberg, à l’été 2019, permet au projet de décrocher enfin des sponsors et au skipper de se présenter au départ du Vendée Globe.
Il va y faire sensation, avec une incroyable remontée de l’Atlantique qui le positionne sur le podium, juste avant qu’il n’entre en collision avec un bateau de pêche, à quelques heures de l’arrivée. Finalement 5e, Boris Herrmann, premier Allemand à boucler le Vendée Globe, devient une star dans son pays et se lance immédiatement dans le montage d’une nouvelle campagne, avec à la clé la construction d’un Imoca sur plans VPLP chez Multiplast. Malizia III est mis à l’eau en juillet à Lorient, Boris Herrmann n’a pas fini d’arpenter la mer…

L'avis de Sailorz

C’est à la fin des trois heures d’enregistrement de ce podcast qu’on se rend compte de la chose : Boris Herrmann a tout juste dépassé les 40 ans, mais il promène déjà un sacré vécu de marin, loin des voies toutes tracées. Et il raconte son parcours éclectique – dans un français parfait – avec une forme de tranquillité qui tranche avec l’engagement qu’il met dans sa pratique de la mer. Epatant.

Gratuit
89 min

Boris Herrmann - Épisode 1

Ce premier épisode revient sur les débuts de la carrière de Boris Herrmann, faits d’allers et retours entre les régates et sa vie en Allemagne. Cet épisode a été diffusé le 26 août 2022.

Voir plus
Gratuit
93 min

Boris Herrmann - Épisode 2

Dans ce second épisode, nous retrouvons Boris Herrmann lorsque se présente un premier projet de Vendée Globe. La route sera sinueuse jusqu’à sa première participation, en 2020, mais il y exprime tout son talent et devient une star en Allemagne. Cet épisode a été diffusé le 2 septembre 2022.

Voir plus

Crédits

Journaliste : Pierre-Yves Lautrou. Générique : In Closing – Days Past. Post-production : Clovis Tisserand. Photo : Martin Keruzoré / Team Malizia.

Skippers

Compétitions

Partager sur :